retour accueil
Peter MORTIMER


English  
bureau : +33 (0)5 49 88 58 21
mobile : +33 (0)6 58 79 45 39
 elearning.france@gmail.com


accueil
> audiovisuel > scénarios

Devil Blues
Scénario original

Le Bal du Dodo
Adaptation d'après le roman de Genviève DORMAN

Le Bal du Dodo - synopsis

Quinze jours avant Noêl, une jeune femme, Bénie de Carnoët, étudiante, revient à l'Ile Maurice suite au décès de sa grand-mère paternelle, Françoise de Carnoët. Elle y retrouve les êtres qui ont peuplé son enfance : sa mère, sa nounou, et surtout son cousin, Vivian, pour qui elle nourrit un amour longtemps frustré, lui ayant choisi d'aimer les hommes...

Dès son arrivée, Bénie apprend que sa grand-mère lui a légué la somptueuse maison familiale, l'Hermione. Alors pendant quelques jours son coeur balance : rester ou repartir ?

Noël arrive. Bénie se retrouve seule. C'est alors qu'un bel étranger, Brieuc Kerroué, se présente à l'Hermione. S'ensuit une nuit passionnée d'amour et de confidences, mais sans lendemain... Bénie se réveille seule, Brieuc s'étant éclipsé avant l'aube, sans laisser de mot.

La déception amoureuse de Bénie tourne au drame le jour suivant. Elle lit dans un journal que Brieuc Kerroué, escroc en cavale, vient d'être abattu par la police mauricienne. Mais tout bascule quand Bénie voit que le journal date du mois d'octobre, et que son amant de l'avant-veille est mort depuis deux mois...




Le Bal du Dodo - extrait


AEROPORT DE PLAISANCE, ILE MAURICE
EXT JOUR

Un avion se pose.


AIRE DE CONTROLE DES PASSEPORTS, AEROPORT DE PLAISANCE
INT JOUR

BENIE, valise à la main, se dirige vers la sortie.


HALL DE L'AEROPORT
INT JOUR

BENIE débouche dans le hall, s'arrête, pose sa valise ; VIVIAN arrive derrière elle ; elle ne le voit pas ; il attend un instant, hésite. BENIE - un sixième sens - arrête de regarder autour d'elle, se retourne lentement ; VIVIAN lui ouvre les bras.
Au milieu de la foule, BENIE et VIVIAN restent enlacés pendant un long moment.


PARKING DE L'AEROPORT
EXT JOUR

Une Peugeot 205 ; BENIE et VIVIAN arrivent à la voiture. VIVIAN ouvre le coffre, range la valise de BENIE. Ils montent dans la voiture.


PARKING DE L'AEROPORT
INT VOITURE JOUR

BENIE
Alors, tu m'emmènes où en premier ?

VIVIAN
Chez toi... (il hésite) ...à l'Hermione, Bénie ; elle est à toi, la maison est à toi...

BENIE, foudroyée
Quoi ?... Qu'est-ce que tu dis ?

VIVIAN
L'Hermione, Grand-mère te l'a donnée - ils ont ouvert son testament hier - elle te lègue la maison de fond en comble, et tout ce qui l'entoure, de la rue jusqu'aux salines de Rivière Noire...

BENIE
A moi, mais pourquoi moi ? Toi, toi aussi, tu l'aimes cette maison...

VIVIAN
C'est un héritage sentimental, Bénie... Si ton père était là, c'est à lui que Grand-mère l'aurait laissée... (BENIE tourne la tête, regarde au loin) Toi ou moi, c'est pareil... Mais tu auras des travaux à faire - le toit déjà - il ne résistera pas au prochain cyclone, à mon avis...

VIVIAN se penche pour attirer l'attention de BENIE ; elle revient à elle, tourne la tête ; des larmes lui brillent dans les yeux.

BENIE, d'une petite voix
Merci d'être venu.


L'HERMIONE
EXT JOUR

L'Hermione et ses alentours.
Le vent fait chanter les aiguilles des filaos.
Entre la pelouse et la plage, un petit kiosque blanc en fer forgé. Dans le kiosque, un fauteuil.
La façade de la maison.
Un arbre noueux, un jujubier, ombrage la terrasse.
Des martins sautillent dans les branches de l'arbre, se chamaillent.
L'escalier en pierre, brûlé par le soleil.
Sous la varangue, l'ombre, le calme, le repos, le fauteuil à bascule. Le jardinier, LINDSAY, arrosoir à la main, s'occupe des plantes vertes qui y abondent.
La porte d'entrée s'ouvre.


SALON DE L'HERMIONE
INT JOUR

Tapisseries de damas bleu, bois blonds, le piano à queue.
Un fauteuil et une petite table devant la fenêtre.
Sur la table, un étui à lunettes. Les mains de BENIE prennent l'étui, l'ouvrent, sortent les lunettes. Le temps s'arrête un instant.
BENIE, debout à côté de la table, contemple les lunettes. Elle les glisse dans l'étui, lève les yeux, écoute.

FRANÇOISE DE CARNOËT, off
Ah, ma petite fille, qu'allons-nous devenir ?

BENIE quitte le salon, l'étui à la main.


L'HERMIONE
EXT JOUR

Fin de journée.
Dans le kiosque, BENIE, face au soleil couchant, son visage inondé d'une lumière orange. Bruit de pas. Elle tourne la tête.
LAURENCIA arrive devant le kiosque.

LAURENCIA
Ça y est, Mam'zelle Bénie, vot'e chambr' est toute prête... Mo allé alorsse... D'accord ?

BENIE sourit, fait "oui" de la tête.

LAURENCIA
Ça va, alorsse ?...

BENIE
Mmm, ne t'en fais pas...

LAURENCIA
Ou pas peur do'mi là tout' sèle ?

BENIE
M'enfin, Laurencia, qu'est-ce qui va m'arriver ?

LAURENCIA
Bon, mo allé...

BENIE
D'accord. Bonsoir !

LAURENCIA
Bonsoir !

LAURENCIA s'éloigne vers sa case, en bordure de la propriété. BENIE la regarde s'en aller, se cale dans le fauteuil, "goûte" aux rayons du soleil couchant.
Derrière BENIE, la varangue blanche, éclairée par les dernières lueurs de la journée, vire au rouge.
BENIE ferme les yeux ; le visage serein, elle murmure.

BENIE
Merci, Grand-mère.

Le soleil glisse lentement dans l'océan.


Tous les éléments dans cette page  - photos et texte - copyright Peter MORTIMER.
Toute reproduction interdite.